Pas du tout facile

« Nous sommes pressés de toute manière, mais non réduits à l’extrémité ; dans la détresse, mais non dans le désespoir ; persécutés, mais non abandonnés ; abattus, mais non perdus ; portant toujours avec nous dans notre corps la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre corps. » (2 Corinthiens 4 : 8-10)

Quand les luttes surgissent ; quand le sacrifice est exigé ; quand l’effort semble difficile à supporter, souvenez-vous de cela. Personne n’a jamais dit que ce serait facile. Au contraire.

Pressés de toute manière, mais non réduits à l’extrémité – Les problèmes viendront. Les persécutions, les pressions, les difficultés du parcours peuvent nous presser, mais ne peuvent jamais nous réduire à l’extrémité.

Dans la détresse, mais non dans le désespoir – Nous pouvons être surpris négativement par une situation. Nous pouvons être déçus par quelqu’un. Toutefois, rien de tout cela n’a le pouvoir de décourager celui qui vit et respire la foi.

Abattus, mais non perdus – Même si la persécution est forte au point de nous laisser épuisés jusqu’à l’abattement, jamais nous ne serons perdus. Car notre force vient de notre foi. Rien n’ébranle celui qui se fonde sur la Parole du Chef et du Consommateur de la foi.

Portant toujours avec nous dans notre corps la mort de Jésus – Faisant les sacrifices nécessaires, jour après jour. Sacrifiant vos désirs ; sacrifiant votre volonté ; sacrifiant votre vie en faveur de ce qui est juste.

Afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre corps. – Afin d’avoir le privilège de devenir la demeure de l’Esprit du Très-Haut.

Toutes les difficultés du parcours valent la peine en raison du Prix qui nous est concédé. La vie, qui vient avec l’Esprit de la Vie. La vie abondante, ici dans ce monde ; et la vie éternelle, après la mort.

Il vaut la peine de supporter les luttes. Avec Dieu, la victoire est inévitable.

Source : livre – “O Pão Nosso para 365 dias”, de l’Évêque Edir Macedo