Occupation fastidieuse

Tel homme est seul et sans personne qui lui tienne de près, il n’a ni fils ni frère, et pourtant son travail n’a point de fin et ses yeux ne sont jamais rassasiés de richesses. Pour qui donc est-ce que je travaille, et que je prive mon âme de jouissances? C’est encore là une vanité et une chose mauvaise. (Ecclésiaste 4.8)

Il y a ceux qui sont fascinés par leur travail et travaillent de plus en plus pour avoir plus de biens ; cette personne n’a même pas quelqu’un à qui léguer cette richesse, mais vit néanmoins pour travailler.

Il cesse de vivre et de jouir d’une vie de paix et de joie, sans se rendre compte qu’il a travaillé en vain et que ses journées sont devenues une occupation fastidieuse.