Marche à suivre pour une nouvelle vie

« […] vous avez été instruits à vous dépouiller, eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses, à être renouvelés dans l’esprit de votre intelligence, et à revêtir l’homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité. » (Éphésiens 4 : 21-24)

Après avoir remis votre vie à Dieu et décidé de marcher sur Ses voies, il est nécessaire de naître de nouveau pour vivre par la foi. Pour vivre par la foi, il faut avoir un nouvel esprit, un nouveau cœur, une nouvelle manière de penser, un caractère selon le caractère de Dieu.

Dieu est esprit. La communication avec Lui se fait de l’Esprit de Dieu vers l’esprit humain. Et, par la foi, de l’esprit humain vers l’Esprit de Dieu. Cela nous oblige à utiliser notre intellect, et non pas notre cœur.

Ceux qui croient ; ceux qui cherchent la nouvelle naissance ; ceux qui cherchent à être comme Dieu souhaite qu’ils soient ; et ceux qui cherchent à grandir dans la foi ont dans le texte biblique d’aujourd’hui une marche à suivre pour obtenir cette nouvelle vie qui nous a été promise.

Pour réussir à se débarrasser de la vieille créature, qui est devenue l’image et la ressemblance de la tromperie et de l’erreur, le Saint-Esprit conseille de renoncer à l’ancienne façon d’agir, de penser et de ressentir. Ensuite, l’étape essentielle : « être renouvelés dans l’esprit de votre intelligence », c’est-à-dire changer la façon de penser. Une nouvelle intelligence.La foi qui pense, mise en pratique. C’est là où commence la nouvelle vie. Si la pensée ne change pas, rien d’autre ne change.

Ce n’est qu’après avoir eu la pensée transformée et cultivé les pensées conformément aux pensées de Dieu, qu’il est possible de revêtir la nouvelle créature, créée à Son image et à Sa ressemblance, dans la justice et la sainteté qui viennent de la Parole de Dieu.

La clef pour une nouvelle vie est de cultiver vos pensées conformément aux pensées de Dieu.

Source : livre – “O Pão Nosso para 365 dias”, de l’Évêque Edir Macedo