Le pays que Je te montrerai

Sans questionner.

Sans argumenter.

Sans discuter.

Mais en croyant que Celui qui lui parlait voulait son meilleur.

Même si c’était difficile à comprendre sur le moment, par la foi, il savait qu’il le comprendrait plus tard.

C’est exactement de cette manière qu’Abraham est parti, en obéissant à la voix de la foi. (Genèse 12.1-4)

 » Tu seras une source de bénédiction», ce fut l’une des promesses que Dieu avait faite à Abraham. »

Nous savons tous que nous n’avons pas besoin de chercher quelque chose que nous avons et que nous sommes.

L’obéissance d’Abraham l’a fait devenir la propre bénédiction. Ainsi, cela ne faisait aucune différence de choisir l’endroit où aller, car peu importe l’endroit, Abraham était et avait la bénédiction.

Ceux qui ne sont pas et, par conséquent, n’ont pas, vivent, selon ce qu’ils voient, entendent ou sentent. Assujettissant ainsi leurs décisions à l’échec.

C’est ce qui est arrivé à son neveu, Lot. (Genèse 13:9-12)

“ Lot leva les yeux, et vit toute la plaine du Jourdain, qui était entièrement arrosée. 

Il ne savait pas que cet endroit n’allait lui apporter que du chagrin et de la souffrance.

Pour ceux, qui sont la bénédiction, même les endroits les plus défavorables, deviennent aussi une bénédiction.

Abraham n’a rien choisi et il n’en a pas eu besoin, en allant au pays de Canaan. Et, non seulement, il y a habité comme il l’a, également, possédé.

C’était, d’ailleurs, le pays dont Dieu avait dit: “ Va-t-en dans le pays que Je te montrerai. 

En vivant dans l’obéissance à la Parole de Dieu, l’endroit où vous serez ou irez, ne fera aucune différence.

Vous êtes et avez la Bénédiction!

Même ce qui ne marcherait pour les autres, marchera pour vous.

Tous les serviteurs passeront par cette expérience.

Celui qui est déjà passé par là, y passera certainement à nouveau.