La Justice

« Ne jugez pas selon l’apparence, mais jugez selon la justice. » (Jean 7 : 24)

Mais comment ne pas juger selon l’apparence, si nous ne pouvons que voir l’apparence ? La seule manière de juger selon la justice est de juger selon la Parole de Dieu.

La justice est la Parole de Dieu. Le Seigneur Jésus n’autorisait pas des accusations personnelles, mais nous enseignait à analyser tout selon Sa Parole. Juger des attitudes, et non des personnes. Évaluer des situations ; évaluer nos réactions pour faire les bons choix.

Ne pas permettre que ce qui n’est pas conforme à la Parole de Dieu demeure dans notre vie. Ne pas laisser de mauvaises choses parmi nous, mais ne pas juger selon ce que nous voyons, mais à la lumière de Sa Parole. Voilà la différence entre le religieux et celui qui est de Dieu. Le religieux juge les gens. Il pointe du doigt, il répand des accusations. Il voit la paille qui est dans l’œil des autres, mais ignore la poutre qui se trouve dans son propre œil. Celui qui est de Dieu ne se préoccupe pas d’accuser les autres, ni d’interpréter ce qu’il voit. Il applique son esprit à obéir à Dieu et à combattre le bon combat de la foi, jour après jour.

Pour cela, utilisez votre intelligence. Analysez tout, jugez tout à la lumière de la Parole de Dieu. Si cela est conforme à la Parole, cela peut entrer dans votre vie. Si cela n’est pas conforme à la Parole, cela ne peut pas entrer dans votre vie. S’il rencontre quelqu’un qui a l’apparence d’un chrétien mais dit du mal des autres, celui qui est de Dieu s’en éloigne immédiatement. Il ne donne pas suite aux conversations contraires au caractère de Dieu. S’il reçoit une proposition contraire à sa foi, celui qui est de Dieu l’analyse et la rejette, car, pour lui, son salut est beaucoup plus important.

Voilà quelle doit être votre attitude dans ce monde hostile. Maintenez-vous attentif afin d’analyser toutes choses à la lumière de la Parole de Dieu.

Sachez analyser selon la Parole de Dieu, afin de vous maintenir dans la voie de la justice.

Source : livre – “O Pão Nosso para 365 dias”, de l’Évêque Edir Macedo