La guerre déclarée

« […] Préparez la guerre ! Réveillez les héros ! Qu’ils s’approchent, qu’ils montent, tous les hommes de guerre ! De vos hoyaux forgez des épées, et de vos serpes des lances ! Que le faible dise : Je suis fort ! » (Joël 3 : 9,10)

On sonnait de la trompette pour convoquer les guerriers à la guerre. Que les lâches, non-croyants, peureux, religieux – ou curieux – le veuillent ou non, la guerre invisible est déclarée. La guerre du Bien contre le mal.

Il n’y a pas moyen de la fuir ou de se cacher. Il ne s’agit pas d’une bataille sporadique, mais d’une guerre constante contre l’enfer, à partir de maintenant. Les forts sont persévérants. La victoire de chacun dépend de sa persévérance jusqu’à la fin. Pour eux, il n’y a pas d’accord possible avec le diable ou ses anges. Arrêtez de penser que, si vous ne vous frottez pas à eux, ils ne se frotteront pas à vous non plus… Soit, vous prenez l’armure de Dieu, vous ruez de toutes vos forces contre eux et les vainquez, soit, vous restez à vous défendre de leurs attaques mortelles jusqu’à en être frappé.

L’ordre est : résistez au diable, et il fuira loin de vous.(Jacques 4 : 7)

Jésus n’est pas venu pour nous apprendre des cantiques de louange. Et le Saint-Esprit n’est pas non plus venu pour nous apprendre des langues. Le Seigneur Jésus est venu pour détruire les œuvres du diable (voyez en 1 Jean 3 : 8). Oui, c’est bien ça ! Il est venu pour détruire les œuvres du diable ! Voilà notre pain quotidien. Ou, plus précisément, notre guerre quotidienne.

Source : livre – “O Pão Nosso para 365 dias”, de l’Évêque Edir Macedo